Photographies Olivier Dexheimer
Juil 17
Saint-Jo (… -seph du Havre)
De l’extérieur, un étrange cube de béton brut, surmonté d’un phare, et percé de mille petites ouvertures très sombres, dont parfois un rayon de soleil vient révéler la couleur de feu, orange, rouge ou jaune. De l’intérieur, le cube de béton se révèle boîte à lumière, un incroyable prisme kaléidoscopique qui projette la lumière en gouttelettes colorées sur les structures hardies, éclaboussant la surface brute de teintes pures, jouant avec les volumes, les distances, les piliers. .
Etoile Matutine expose … en Chine, du 22 avril au 22 juillet 2017
Pour le compte du musée du Fujian à Fuzhou, Yan Chen et David Gilchrist ont collecté auprès de plusieurs photographes une sélection de photographies de streetart européen, destinées à faire comprendre au public chinois l’étendue et la richesse de cet art urbain. Cette exposition collective s’est ouverte le 22 avril, pour une durée de 3 mois. Qu’ils soient remerciés pour l’aboutissement de ce beau projet ! Le site du musée du Fujian : >> http://www.fjbwy.com/en.asp?type=1 le blog de ce musée, dont un article parle de l’exposition ; la photo des prods de Guaté Mao sur les silos de la Cemex au bord du canal est de Etoile Matutine 😉 >> http://mp.weixin.qq.com/s/5cmFow97SeK_kyRQQcj1fQ Ci-dessous, quelques photographies de l’accrochage (les petites flèches pointent sur mes tofs !) :
Premières expérimentations de séquences hyperlapse
Prmeières expérimentations de séquence hyperlapse (timelapse en mouvement).
Etoile Matutine expose au GMAC Bastille la série « De la terre au fer » !
Sur la bonne idée de l’ami Frédéric, Etoile Matutine partage un stand au GMAC (Grand Marché D’art Contemporain), situé sur les bords du bassin de l’Arsenal à la Bastille, jusqu’au 1er novembre, et c’est ouvert de 11h à 19h ! Le livre qui est à la base de l’exposition est toujours en vente sur Pixalib, ici (pour un aperçu, voir en bas de l’article).          
Nuit Noire 2016
Une carte mystérieuse, quelques indices disséminés sur un plan de 1609, qui emmènent dans les rues du 14 ème arrondissement, à la découverte d’installations ou de performances… Une bougie dans un regard de l’aqueduc, en face un groupe, plus loin un soupirail éclairé, une conférence improbable autour d’une plaque d’égout, ouverte quelques instants pour apercevoir
Exposition « Passerelles » à l’espace Soixante adaDa (St-Denis)
De l’autre côté du canal, il y a de la lumière qui éclaire la rue Gabriel Péri et de la musique qui réchauffe les oreilles… C’est soir de vernissage au bel espace 60 adaDa, le vernissage de l’exposition Passerelles, concocté par une riche collaboration entre Carolalune et Nobad : une vibration harmonieuse entre peinture, pochoir, photographie…  sur des supports à la matière présente, une installation comme une carte de métro, où les stations-capitales
REHAB 1 : (spectaculaire) exposition (très) éphémère de graffiti
Tout au bout de la passerelle se trouve la Maison des Arts et Métiers, un imposant bâtiment de 1950 accueillant des étudiants dans plusieurs centaines de chambres sur 6 étages. Ce bâtiment va être complètement réhabilité, mais avant de plonger dans la poussière des travaux, ca a senti (fort) la bombe pendant quelques jours ! Plusieurs dizaines de graffeurs ont été conviés à venir transformer les couloirs et les pièces de ce bâtiment… Et c’est spectaculaire !
Juin 15
Les Clowns z’hôpitaux au Grand-Palais !
Le Grand-Palais a accueilli le 15 juin dernier l’équipe des « Clowns Z’hôpitaux », les clowns à l’hôpital, pour une soirée de gala caritative. De nombreux humoristes sont venus donner un peu de leur temps pour créer une soirée festive : Noémie de Lattre et les Chiche Capon pour commencer, puis Thomas VDB, Alex Vizorek, Aymeric Lompret, Garnier et Sentou, Nadia Roz, Christophe Ferrari, Sophie Imbeaux et Alexandra Desloires. Etoile Matutine était là et a cramé de nombreux pixels tout au long de la soirée 😉 Voir le site de la soirée : http://goo.gl/kIO8J8               .
Industrial soul and dreams à la Réserve / Malakoff
La Réserve à Malakoff, c’est un ancien lieu industriel qui va tirer sa révérence et disparaître après avoir abrité des décennies de travail. En attendant… … l’ancien sol de béton meurtri et les poutrelles métalliques ont vu surgir des univers oniriques ou cauchemardesques, doux ou violents, gais ou grinçants, provoquant une immersion inattendue, une perte de repères, un délicieux chamboulement des sens….   .
Portes ouvertes aux Frigos
La traditionnelle opérations « portes ouvertes » s’est tenue aux frigos du 13ème ce weekend…. L’occasion de découvrir, ou revoir avec plaisir ce lieu de création où 120 artistes et créateurs cohabitent dans les multiples lieux et locaux de ce bâtiment industriel rescapé des démolitions des années 80, un lieu en mutation. C’est un lieu aux ambiances multiples, où l’on passe d’un concert de jazz à l’ambiance sombre et onirique de Urban Sax, de la poussière de plâtre de celui ou celle qui moule à l’odeur d’essence de térébenthine des ateliers des artistes-peintres.   .
Portes ouvertes aux fonds d’Armenon
Dans la campagne de l’Essone, tout au bout de l’allée bordée d’arbres, un collectif d’artistes a métamorphosé un site TDF en lieu de créativité. Découverte des lieux en images, au gré des productions disséminées sur les murs des bâtiments du site, à l’occasion des portes ouvertes ce 7 mai.   .
De Pigalle à Montmartre
Balade sereine ce vendredi qui accompagnait l’artiste Dilian dans une balade-collage ; cette balade a commencé par un café à Madeleine, pour ensuite se balader tranquillement par la rue Pigalle et la place Clichy jusque sur les contreforts de Montmartre, tandis que Dilian posait sur quelques murs ses dessins et en relevant au passage tout ce qui bouge et vit sur les murs de Paris, et même au fond de la fontaine de Clichy… Un extrait seulement ci-dessous 😉
Des animaux dans les rues de Paris … et aux Frigos !
Tiens, au coin du couloir, une girafe ? Les Frigos du 13 se sont retrouvés peuplés d’un bestiaire sépia, venu coloniser les murs des Frigos, des animaux sauvages, qui pour la plupart nous regardent et interrogent le visiteur. Les autres prennent la pose de leur genre,
Tirage à la gomme bichromatée : voilà…
  L’article précédent se terminait sur deux tirages et leur apparition progressive, de plus en plus contrastée au fur et à mesure de l’ajout des couches de pigment sensible. Il y avait un ultime tirage en préparation dans cette série, celui qui est présenté en tête de l’article. Il a été long à faire et donc pas sec en fin de soirée : il n’a pu être scanné avec les autres, et puis… il avait tout ce que je cherchais depuis un moment, la combinaison réussie  de plusieurs tours de main, pour produire cette image chaude, onirique, avec une matière folle. Alors, il méritait un traitement un peu particulier, dans la mesure où il concrétise plusieurs semaines de recherche et d’expérimentations !